This website requires JavaScript.

Football: au Brésil, un policier tire à bout portant sur un joueur

Un policier a tiré au flashball sur le gardien du Grêmio Anapolis ce mercredi après la fin d’un match de deuxième division d’un championnat régional au Brésil. Un incident regrettable dénoncé par le club de la victime et relayé par plusieurs médias. Une sale soirée pour le Grêmio Anapolis et une soirée encore plus difficile pour Ramon Souza. Après la défaite de son équipe à domicile contre celle du Centro Oeste (1-2), le gardien du club du championnat local de Goiás (D2 régionale) a été la victime d’un tir de flashball de la part d'un policier. Pris de court par les incidents avec les supporteurs au coup de sifflet final, un policier chargé de la sécurité dans le stade a tiré et a touché le gardien à la jambe gauche avec une balle en caoutchouc. Immédiatement pris en charge sur la pelouse, Ramon Souza a reçu des premiers soins pour nettoyer sa jambe ensanglantée puis a été évacué sur une civière et en ambulance vers un hôpital. Son club a depuis confirmé via un message sur les réseaux sociaux que sa vie n'était pas en danger et qu'il n'aurait pas besoin d'être amputé. Quelques semaines après son arrivée au club, Ramon Souza espérait probablement meilleur intégration au Grêmio Anapolis. Le club basé dans l'Etat du Goiás a dénoncé ce grave incident. "Un acte horrible, incroyable et criminel de la part de quelqu'un qui devrait se soucier de la sécurité et de l'intégrité des personnes présentes au stade Jonas Duarte", a dénoncé le Grêmio Anapolis dans son communiqué. "Le 10 juillet est marqué par un acte violent, sale et horrible contre l'un de nos joueurs, qui ne sera jamais oublié." Plusieurs médias brésiliens se sont emparés de l'affaire comme ESPN ou O Globo et partagent l'indignation du club d'Anapolis. Après la grave blessure de Ramon Souza, le Grêmio Anapolis a réclamé justice pour son gardien et a exigé une sanction exemplaire contre l'auteur du tir. "Le GEA informe qu'il prendra les mesures appropriées, pour que le responsable soit puni et que justice soit rendue, afin que cet acte CRIMINEL ne reste pas impuni", a enchaîné le Grêmio Anapolis sur Instagram. La polémique a pris une telle ampleur au Brésil que le ministère des Sports a publié un communiqué pour apporter son soutien à Ramon Souza ainsi qu'au club du Grêmio Anapolis. "Cet épisode renforce l’urgence d’une révision des procédures, garantissant que l’action de la police soit toujours guidée par le respect des droits de l’homme et la protection des individus", a réagi l'instance gouvernementale via un message publié sur son site Internet. "Nous réaffirmons notre confiance dans la capacité des autorités compétentes à mener une enquête rigoureuse et transparente, conduisant à la responsabilisation des personnes impliquées et à la mise en œuvre de mesures visant à empêcher la répétition de tels événements. Il est impératif de rétablir la confiance dans l’action de la police, afin de garantir que les épisodes de violence ne deviennent pas monnaie courante sur les terrains de football."

lire la suite

l'actu


h